Chargement

Partager les biens communs

L’objectif

Blaz an Douar – Le gout de la Terre – a pour projet de créer une culture de l’action pour accompagner la grande diversité d’acteurs locaux dans la Transition écologique et sociale.

Nous soutenons des solutions durables qui partagent les valeurs de la permaculture, qui soutiennent les mouvements des communs et de la Transition.

Comment ?

– En rassemblant les ressources locales qui participent au soin à la nature et à la Terre (habitat et accès à la terre, santé et bien-être, enseignement et culture, outils et technologies, finances et économie)
– En animant et transmettant des méthodes de gouvernance participatives et émancipatrices pour que chacun révèle son humanité
– En défendant les valeurs de paix, de cohérence, de coopération, de partage, de solidarité et d’écologie

Le projet collectif se fonde sur une volonté politique de partager les biens communs et les savoir-faire de chacun dans le but d’organiser les intelligences et les talents au profit de la communauté.

L’annuaire

Cliquez sur un principe permacole pour filtrer l’annuaire !

 

Nom
Domaine
Description
Contact
Incroyable Comestible Lannion
Mettre à disposition des habitants des bacs et des terrains communaux pour y cultiver des légumes, des fruits, ou encore des plantes aromatiques.
Vivre dans ma ville
Plateforme d’échange de services qui fonctionne comme une banque du temps. Pour faire ce que vous aimez et recevoir ce dont vous avez besoin.
Ecocentre du Trégor
Un parc de loisirs et de découvertes atypique et éthique, à Pleumeur-Bodou. Venez jouer, vous détendre, éveiller vos sens et votre curiosité !
La Méthode des Candides
Contempler le monde avec méthode en explorant son propre chemin. Agir en conscience et coopérer pour participer au changement.
Popotes & Co
Food Truck – Cuisine nomade saine et savoureuse, plats végétariens confectionnés à partir de produits biologiques.
Atelier Terra Maris
Des sorties et balades natures en bord de mer, sur sentier ou estran pour découvrir les secrets de la faune et de la flore du littoral marin.
Art et Yoga
Le Yoga et l’Ayurveda sont un art de vivre qui permettent de construire et conserver santé, énergie, joie de vivre. Pédagogie pour adultes, transmission de valeurs : confiance en soi, relation paisible et constructive, à soi et aux autres.

Filtrez l’annuaire en cliquant sur un principe permacole ou sur l’étiquette + pour en savoir plus !

Nature et Terre

Agriculture bio et biodynamie, agro-foresterie, aquaculture, gestion des paturages,plantes sauvage, jardins-forêts, semences…

Habitat –
Environnement habité

Récupération d’eaux, matériaux naturels, biotecture, auto-construction, habitat plume…

Santé et bien-être

Soins préventifs, yoga, phytothérapie, produits d’hygiène naturels, philosophie, disciplines du corps et de l’esprit…

Enseignement et culture

École à la maison, pédagogies alternatives et participatives, arts et musiques participatives, écologie sociale…

Gouvernance et foncier

Habitat groupé-partagé, éco-villages,
coopératives, droits des indigènes, communication non-violente…

Économies et finances

Système d’échange locaux – SEL, dons, ressourceries, WWOOFing, GAS – GASAP – GAC – AMAP, commerce équitable, villes en transition, financements citoyens, monnaies alternatives et fondantes…

Technologies et outils

Low-tech, biogaz, pompes, baissières, énergie solaire, hydro-électricité, éolien, outils manuels, recyclage, réutilisation…

L’association
L’association

Késako ?


L’association collégiale a pour objectif de rassembler des personnes qui se reconnaissent dans les valeurs mises en avant et qui ont envie de s’impliquer dans le projet. Elle s’inscrit dans un courant de pensée où la responsabilité individuelle est le fondement de la solidarité.
 


L’adhésion


L’adhésion à l’association est gratuite, permettant au plus grand nombre de participer.


“Un rassemblement humain authentiquement solidaire, repose sur des personnes autonomes qui, comme le mot le suggère, s’auto-nomment, assument leur mode de vie et les conséquences de leurs actes, en solidarité avec leurs contemporains et ceux qui leur succéderont.” Patrick Baronnet


Pour adhérer, c’est facile, lisez attentivement les statuts et le règlement intérieur de l’association.

Si vous vous reconnaissez dans ces deux textes fondateurs, vous pouvez remplir le formulaire d’adhésion et nous le renvoyer par mail ou par courrier.
 


Par ici, les dernières nouvelles et les compte-rendus de l’asso…


 

La future coopérative

Afin d’organiser les personnes et de construire des communs autonomes de toutes structures publiques ou privés, Blaz an Douar – Le Goût de la Terre a pour objectif de former une coopérative citoyenne de production (SCIC ou SCOP).

En attendant de pouvoir concrétiser cette coopérative, nous souhaitons accompagner les projets des associations, des collectifs, des indépendants et des citoyen•ne•s et créer du lien entre ces différents acteurs :

« Ce qui fait le collier, ce ne sont pas les perles, c’est le fil ». Gustave Flaubert

L’histoire

L’aventure du Goût de la Terre, commence en août 2016 dans le jardin potager participatif animé par la Régie de quartier de Lannion. Un ingénieur, une sociologue et un cuisinier végétarien, tous trois dans la vingtaine, ressentent l’urgence d’agir concrètement et décident de réinventer ensemble leur avenir professionnel.

A l’origine, quelques défis de taille à relever : créer un commerce non-lucratif en centre historique de Lannion, financer trois emplois au moins, participer à la revitalisation du quartier, s’adapter au bâti ancien et partir de zéro avec un apport personnel dérisoire.

C’est comme cela que se monte le projet de coopérative citoyenne : dans le milieu agricole, les citoyens participent bien au rachat des terres pour assurer leur exploitation en bio et l’installation de petits exploitants, pourquoi ne pas faire la même chose en ville ? Racheter par la souscription citoyenne des parts symboliques d’un grand bâtiment historique et y développer un lieu commun !

Un restaurant comme interface, des espaces ouverts aux indépendants du bien-être et des arts pour accueillir leur public et évoluer dans leur profession, un lieu urbain inventé pour le partage et les échanges, dédié à la citoyenneté et à la sensibilisation écologique.

Jusqu’en août 2017, les trois jeunes lannionais vont remuer ciel et terre pour constituer un réseau de partenaires, rallier les citoyen·nes à leur cause et trouver le lieu idéal pour réaliser ce projet. Après un soixantaine de bâtiments analysés et deux pistes sérieuses, ils trouvent enfin la perle rare dans une petite rue piétonne le long de l’église. C’est aussi le moment où le cuisinier quitte le groupe. Après un an de montage de projet, de business plan et de rédaction de dossiers de financement ou d’appel à projet, le concret semble en effet très lointain.

Et en décembre 2017 tombe la terrible nouvelle. Alors que les bulletins de souscription allaient être diffusés massivement partout en France, le bâtiment est vendu sans qu’aucune des démarches de négociation n’aboutissent.

En janvier 2018, c’est le grand questionnement. Que faire de cette association, de ce projet de coopérative, de cette envie d’agir dans ce centre-ville de Lannion qui comme tant de ses semblables est en train de mourir. Les communs du Moyen-âge disparaissent à coup de zones commerciales et ça ne choque plus les habitant·es qui ont changé leurs habitudes et qui se moquent du lien social.

Pendant plusieurs mois, le collectif naît de ses cendres. Il n’y a plus de « porteurs de projet » il y a des gens qui ont des ressources et il y a des besoins :
– En interconnaissance entre associations et personnes qui portent les mêmes valeurs,
– En puissance d’action quand il faut agir vite face aux décisions arbitraires qui détruisent l’environnement
– En visibilité pour toutes les initiatives existantes qui restent souvent noyées dans la masse d’information
– En espaces de travail pour celles et ceux qui souhaitent développer des activités positives en inventant une nouvelle définition du mot travail

Aujourd’hui, la toute jeune association se consolide au gré de l’expérimentation collective. Et de cette aventure humaine, s’organise progressivement une force d’action trégoroise qui ne perd pas de vue ses origines et ses valeurs d’émancipation.

Contact
Nous écrire

Blaz an Douar – Association collégiale

Par email : contact@blazandouar.org

Par courrier : Association Blaz an Douar, 8 place du Général Leclerc, 22300 Lannion

Restez informé·e·s

…en vous inscrivant à la newsletter ci-dessous ou en lisant nos dernières actus par ici !

Blaz an Douar est sous licence Creative Commons :-)Licence Creative Commons